lundi 4 mars 2013

Itinéraire d'un salaud ordinaire

Dans ce roman, Daenincks, maestro du roman noir engagé, retrace la carrière d'un flic prenant ses fonctions sous l'occupation et faisant valoir ses droits à pension (avec tous les honneurs !) à la veille de l'élection de François Mitterand.



Avec un sens de l'humour plutôt glacial mais terriblement percutant, l'auteur évite le plus souvent le piège d'une vision manichéenne de l'histoire. Ainsi, nous suivons l'inspecteur Clément Duprest, de "la grande rafle" de juillet 1942 aux "événements" d'Algérie. Sans oublier les joies de son existence domestique, où il rédige de nombreuses fiches de renseignements sur ses proches.
Heureusement que la somme des petites lâchetés, des petits conforts et de toutes les médiocrités prête parfois vraiment à la moquerie, car on ressort tout de même vaguement nauséeux de cette plongée dans les heures les plus noires du XXème siècle.
L'histoire se déroulant principalement à Paris et en proche banlieue, ce sont des endroits qui me sont maintenant très familiers. Et le fait de savoir que des événements aussi terribles s'y sont déroulés il y a moins d'un siècle m'impressionne toujours beaucoup. Sans doute n'est-ce pas très rationnel, mais ça me rend beaucoup plus sensible le fait que tout (l'histoire, nos vies...) pourrait basculer à nouveau dans la barbarie.
En tout cas, ça ne donne vraiment pas envie de demander son chemin à un agent de police...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire