vendredi 8 mars 2013

Notre-Dame d'Auxonne

J'adore la Bourgogne. J'y ai longtemps vécu et elle me manque beaucoup. Je crois que j'y pense un peu chaque jour.
Je vais très souvent à Auxonne, petite ville de Côte-d'Or en bord de Saône, à la limite du Jura, entre Dijon et Dôle. Peut-être que je vous expliquerai pourquoi une autre fois...
Aujourd'hui, j'ai juste envie de vous présenter sa très belle église de style gothique: Notre-Dame d'Auxonne.
 
Construit aux XIIIème et XIVème siècles, le principal monument de cette petite cité a connu des restaurations et des ajouts importants au fil des siècles.
 
 
 
Tout un côté a été nettoyé ces dernières années, mettant vraiment en valeur le bâtiment.
 
 
 

 
 
 

Les portails latéraux ont été rajoutés lors de la campagne de travaux menée de 1858 à 1863 par Phal-Blando, architecte de la ville.
 
Peut-être Marie-Madeleine...

 
 
 Le portail principal a été construit par Antoine le Rupt de 1516 à 1520.
 
 
 
 
Les statues, disparues à la Révolution, ont été remplacées en 1853 et 1854. Elles représentent les prophètes de l'Ancien Testament.
 
 



 
 
Les trois portes sont surmontées de tympans, datant eux aussi du XIXème siècle.
 
 

L'Annonciation à gauche.
  

Le Baptême du Christ au centre.
 
La Nativité à droite.
 
 L'intérieur de l'église est également très beau. Il est très agréable de s'y promener.
 

 
 
De nombreuses statues sont vraiment magnifiques.
 
Cette Vierge à l'Enfant, mesurant plus de 1,80 m, était placée précédemment à l'extérieur. Plusieurs documents laissent à penser que cette statue est identique à celle que les Auxonnais achetèrent à Dijon en 1447 pour orner la Porte Pantesson, détruite au XVIIème siècle.
 
 
 
Dans la même chapelle se trouve une autre Vierge à l'Enfant, dite Vierge au raisin. Datant environ de 1415 / 1420,  elle est attribuée au sculpteur Claus de Werve. La complicité entre la mère et l'enfant est très touchante. La grappe de raisin symbolise l'eucharistie.
 

 

 
Une statue de pierre polychrome de Saint Antoine date de la fin du XVème siècle. A noter, le cochon à ses pieds.
 
 
 
Face à Saint Antoine et à son porcelet se trouve un Christ de Pitié en pied datant du début du XVIème siècle.
 


 
 
Mais personnellement, je crois que ce que je préfère, ce sont les multiples petits visages qui ornent l'église, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.  Ils sont si expressifs !
 
 




 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire