mercredi 20 mars 2013

Nouveau Rendez-vous au Palais de Tokyo

L'émission de France Culture, Le Rendez-vous, a donc lieu tous les vendredis du mois de mars en public au Palais de Tokyo. J'y assistais pour la deuxième fois vendredi dernier, on peut donc commencer à parler d'habitude...
 
Le journal de la culture s'ouvrait avec l'annonce de la reconduction de Jacques Toubon, ancien ministre de la culture, à la tête de la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration, qui se trouve Porte Dorée à Paris. Ce musée bénéficie de très peu de soutien populaire; l'aquarium tropical, qui partage les locaux du Palais de la Porte Dorée, accueille beaucoup plus de visiteurs. Créé après la percée du FN en 2002, ce musée a reçu beaucoup de critiques, accusé entre autres de proposer un regard étatique sur l'histoire.
Suivaient deux brèves. Le violon du Titanic, qui avait été retrouvé dans un grenier au Royaume-Uni, a été authentifié. Pour finir, plutôt que d'aborder la chanson Le pingouin de Carla Bruni, qui s'attaquerait en fait à François Hollande, le chroniqueur a choisi de mettre en lumière les deux pandas géants du zoo de Tokyo, dont la mort du petit il y a quelques mois avait bouleversé l'opinion et qui se sont à nouveau accouplés. Bref, un choix assumé et revendiqué de la part du journaliste entre deux infos animalières tout aussi inintéressantes l'une que l'autre !
 
L'invité musical était ce vendredi Peter Von Poehl, un musicien pop suédois qui vient de sortir son troisième album.

Big Issues Printed Small

 

Il a joué deux chansons au cours de l'émission, accompagné du violoncelliste Zack Miskin. J'ai beaucoup apprécié cette pop matinée de folk, c'était vraiment bien. Il faut dire aussi que j'aime beaucoup le violoncelle, un bel instrument agréable à écouter et à regarder.
 
 
 
 
 
 
 

De la jolie forme du violoncelle, nous sommes passés de la forme dans l'art avec le plasticien suisse Thomas Hirschhorn, lauréat du Prix Marcel Duchamps, qui s'est fait connaître en France dans les années 1990. Un DVD retraçant une partie de son travail en vidéo vient de sortir.
 Les œuvres d'Hirschhorn présentent des accumulations d'objets, des photos souvent violentes, des vidéos barrées de scotch, etc.; autant d'éléments donnant l'idée du chaos. L'artiste est souvent identifié à des matériaux: le scotch donc, mais aussi le papier aluminium. "Ce sont des matériaux que tout le monde connait, explique-t-il, qui n'intimident personne." En ce qui concerne ses vidéos, il crée dans une unité de son, de temps et de mouvement.
Il parle ainsi de son travail (quelques morceaux choisis):
"Comment faire une forme dans ce monde que je reçois comme chaotique ? C'est mon problème en tant qu'artiste: comment moi je peux prendre une position et comment je peux lui donner une forme. Tous les grands artistes ont créé une nouvelle forme, mais on vit dans une ère de commentaire, d'opinion. C'est plus facile de parler sur quelque chose. La forme est quelque chose, elle n'est pas sur quelque chose."

Power of Brazil, 2006







Venait ensuite la chronique de Thomas Clerc, dont le ton pertinent et drôle m'a une nouvelle fois enthousiasmée. Il évoquait cette semaine la revue Vacarme et son dernier numéro "Mille milliards de critiques." Je ne la connaissais pas.
L'un de ses co-fondateurs, Mathieu Potte-Bonneville était le dernier invité de l'émission.






Spécialiste de l'œuvre de Michel Foucault, Mathieu Potte-Bonneville a supervisé l'ouvrage La grande étrangère, recueil de textes (cours, etc.) dits (uniquement, et non pas écrits) par Foucault. " La grande étrangère", c'est la définition que Foucault donnait de la littérature. A l'époque, il s'intéresse principalement à la littérature américaine, surtout Faulkner. Mais il cesse finalement d'écrire sur le sujet dès le début des années 1970.





Je ne connaissais ni Peter Von Poehl, ni Thomas Hirschhorn, ni la revue Vacarme, je n'ai jamais lu Foucault et je ne suis jamais allée au Palais de la Porte Dorée. Mais c'est finalement tout le charme de France Culture: on apprend toujours des choses, mais parfois, on se sent un peu bêbête...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire