mercredi 17 avril 2013

Bains Douches, Street Art et 13ème arrondissement (2nde partie)

 
Aner & Maher (Alapinta Crew),
décembre 2011,
au 50 rue Jeanne d’Arc
Si le Street Art a donc colonisé l'immeuble des Bains Douches avant sa démolition prochaine, je l'ai pour ma part surtout découvert au printemps dernier. 
Je travaillais à ce moment-là dans le 13ème arrondissement, et j'avais pris quelques habitudes autour de la rue Nationale, de la place d'Italie, de la place Jeanne d'Arc et de la rue du Château des Rentiers. C'est ainsi que j'ai découvert que la mairie du 13ème avait œuvré au développement du Street Art, en permettant à des artistes mondialement reconnus d'exécuter des fresques sur les murs du quartier. Ma collègue Sabrina, habitant le coin, m'avait alors expliqué que le maire cultivait l'ambition d'en faire un lieu de visite à part entière dans Paris, par le biais de parcours organisés autour des œuvres. Je suis à ce propos un peu sceptique, car je ne pense pas que dès demain, des hordes de petites japonaises et de jolies américaines délaisseront le Louvre et les grands magasins pour déambuler entre les tours HLM du 13ème, appareils photos au poignet. Par contre, pour les habitants, l'initiative est extrêmement intéressante, ce que j'ai pu constater par moi-même. Sans être particulièrement glauque, le quartier est en effet très bétonné du fait de la présence de nombreux immeubles assez hauts et cela lui donne un air un peu austère, parfois même assez triste, que les fresques réchauffent indéniablement. Le fait tout simple que ce soit coloré, gai et agréable à regarder me paraît déjà fondamental.
 
 
 
 
 
Inti,
juin 2011,
sur le mur de l'école rue Lahire
 
La fresque d'OBEY, bien visible depuis le métro aérien près de la station Nationale, se trouve sur un immeuble d'habitation. Je connaissais plusieurs enfants qui y vivaient et qui en étaient très fiers. Ils étaient ravis d'avoir assisté à sa réalisation et à son inauguration avec tous les officiels.
 
 
OBEY,
juin 2012,
à l'angle du boulevard Vincent Auriol et de la rue Jeanne d'Arc
 
 
J'ai quant à moi assisté à la création de l'œuvre de VHILS (et oui, nous le retrouvons...) rue du Château des Rentiers, sur le mur d'une école.
VHILS est un jeune artiste portugais, incroyablement doué. Ses portraits, à la technique très particulière, ornent désormais les murs de très nombreuses villes dans le monde. C'est en effet en détruisant des fragments plus ou moins importants de mur qu'il fait apparaître les traits de ses personnages, ce qu'on ne perçoit que très imparfaitement sur les photos.


VHILS,
juin 2012,
au 173 rue du Château des Rentiers
Dans le 13ème, j'ai pu observer à quel point les habitants, de tout âge et de tout horizon, s'intéressaient à cette fresque, avec ou sans bienveillance, mais là n'est pas vraiment l'important à mon avis. Les gens regardaient, s'éloignaient pour en avoir une vue d'ensemble, s'en approchaient pour en observer les détails. Et ils en parlaient.

Je la contemplais un midi en allant acheter mon déjeuner.
Un monsieur, s'adressant à moi: "C'est Mitterand ça non ?"
Moi: "Vous croyez ? Il avait le nez comme ça ?"
Le monsieur: "Ben maintenant que la gauche est revenue au pouvoir..."
Moi: "Vous pensez que comme le PS est repassé, on va avoir des Mitterand partout ?!"
Et nous avions rigolé.

Et oui, finalement le maire n'a pas tort, ça vaut le coup de consacrer un peu de temps à une balade pour découvrir ces œuvres de Street Art. En attendant, une galerie photos en ligne les répertorie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire