samedi 20 avril 2013

Etats d'âme cinématographiques

Mon cinéma me manque.
Après une grève record des personnels et une vague de licenciements, le Méliès de Montreuil a rouvert ses portes, mais ce n'est plus maintenant qu'une coquille vide.
 
 
 
J'ai assisté ces derniers temps à beaucoup de spectacles, j'ai été souvent invitée au théâtre par des amis, ce qui m'a laissé assez peu de temps pour le cinéma. Et j'avoue que ça m'a arrangé quelque part car je ne parviens pas à surmonter ma déception suite à toute cette histoire rocambolesque. Je n'ai pas eu envie de retourner au Méliès et je n'ai pas eu envie non plus d'aller dans une autre salle. Mais je sais bien que je ne vais pas renoncer au cinéma pour le reste de ma vie et qu'il me faudra abandonner (provisoirement peut-être...) un Méliès dont Stéphane Goudet est le directeur artistique. Le fameux principe de réalité: pour l'instant ce cinéma n'existe plus.
 
De colère, j'ai pensé acheter une carte illimitée et aller au ciné à Paris. Je fais déjà tellement de choses à Paris... Mais justement, j'aime cette proximité, qui me permet d'aller voir un film sur un coup de tête le dimanche soir, en pyjama, avec quelques vêtements par dessus, mais en pyjama quand même, avec des bonbons dans ma poche. J'aime le chemin du retour à pied, la nuit, entre la salle et mon appartement, qui permet de revivre un peu le film dans ma tête. J'aime évidemment le fait qu'une ville ait son cinéma municipal.
 
Et puis j'ai vécu au Méliès des moments de cinéma extraordinaires. Il y a eu dans cette salle des rencontres  incroyables, des propositions incessantes. J'ai pu voir et écouter Wes Anderson, Claire Denis, Manuel De Oliveira, Robert Guédiguian, Maïwenn, Michel Ciment... Je sais que j'en oublie. Et beaucoup.  J'ai adoré les ciné-conférences de Goudet autour de L'inconnu du Nord-Express d'Alfred Hitchcock et surtout autour du Voleur de bicyclette de Vittorio De Sica, de vraies leçons de cinéma, passionnantes, pour un ticket à 4,60 €.
 
Je suis triste et amère. Je suis sûre que de nombreux Montreuillois le sont également.
Je n'aurais jamais cru dire ça un jour:
- Aller au cinéma ?
- Bof.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire