mercredi 21 août 2013

Arromanches - Mulberry B

La Normandie, ce sont également les plages du débarquement allié de la deuxième guerre mondiale. Dans certaines villes normandes, il est très difficile, voire impossible, de trouver le moindre bâtiment antérieur au mois de juin 1944. Aujourd'hui encore, près de 70 ans plus tard, le paysage reste marqué par ces événements tragiques.



 
La petite ville d'Arromanches a été libérée par voie terrestre au soir du 6 juin.
Elle est restée célèbre pour son port flottant incroyable, installé par les alliés. Il en reste de très importants vestiges, au large et sur la plage.


 
 
 
Pour assurer la logistique et l'approvisionnement le plus rapidement possible après le débarquement, en hommes, en armes, en matériel, en vivres, etc., un port était indispensable, mais ceux existants sur la côte étaient trop bien gardés par les troupes allemandes et imprenables dans des délais raisonnables. D'où l'idée un peu folle d'un port artificiel, qui est considéré comme la plus grande prouesse technique de la guerre.
 
 

 
Le Mulberry B a donc été construit en Angleterre en 1943. Il se composait de:
 
-115 caissons géants en béton armé, appelés Phénix et pesant chacun 7000 tonnes: ils servaient de brise-lames sur 8 km de long;
 
- 22 plates-formes métalliques supportées par des béquilles accrochées au fond de la mer: elles faisaient office de quais de déchargement;
 
- plusieurs immenses routes sur flotteurs, dont une de 1200 m, reliées aux plages par éléments télescopiques: elles permettaient de faire circuler le matériel et les troupes.
 
Qui plus est, plus de 60 navires s'étaient volontairement sabordés au large d'Arromanches pour former un abri contre la houle.
 
 


Aujourd'hui, la mer a peu à peu repris ses droits sur le port artificiel. Algues et coquillages recouvrent l'acier rongé.



 
 


 
 
Le port était également protégé par 600 pièces de DCA et par d'immenses ballons dirigeables "captifs."
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cet élément de chaussée flottante du port d'Arromanches (Mulberry B) fut installé en 1948 à Quincy-Landzecourt (Meuse) pour remplacer le pont détruit. Il y restera en fonction jusqu'en 2004 et reviendra à Arromanches le 6 juin de la même année.
 
 
 
 
Lors de la conception du port artificiel, l'ancrage des jetées constituait un réel problème. Il fut résolu par l'ingénieur Allan Becket, qui créa des routes flottantes, leurs jetées et leurs ancres "Kite". Le port surmonta ainsi les tempêtes du 13 au 18 juin 1944.
 
 
 
 
Vue aérienne d'Arromanches en 1944.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire