mardi 20 août 2013

Le Mont Saint Michel

On l'aperçoit de loin en se promenant le long de la Baie.
On lève la tête quand on se trouve à ses pieds.
On se promène dans ses toutes petites ruelles.
Où que l'on se trouve, le Mont Saint Michel est vraiment la merveille unique vue dans les livres.
Impressionnant et d'une grande beauté.
A la fois terrien et aérien, nouant depuis des siècles une relation houleuse avec la mer.
 
 
 
 
Et néanmoins, la visite du Mont Saint Michel n'est pas agréable et je ne vous la conseillerai que du bout des lèvres. Certes, il y a beaucoup de monde en été, mais c'est le cas de la plupart des lieux très touristiques et ce n'était pas rédhibitoire à Saint-Malo où il y avait foule pourtant.
Tout est surtout trop cher au Mont Saint Michel: 12 € pour se garer et prendre la navette, sachant qu'on peut difficilement faire autrement lorsque l'on est avec de jeunes enfants, et ensuite 9 € par adulte pour avoir accès à l'abbaye. Cela produit un agacement dont on se débarrasse difficilement et qui gâche un peu la promenade.
Et les abords du Mont ont tout récemment été transformés en grande galerie commerciale un peu cheap, je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée...
 
Mais ne soyons pas grognons, et allons tout de même faire un tour sur ce fameux Mont Saint Michel !

Il s'agit d'un îlot rocheux de près d'un kilomètre de circonférence qui s'élève à 80 mètres de haut. Il est rattaché à la Baie par une digue insubmersible construite en 1879.

Situé au-dessus de la Porte du Roy, le Logis du Roy,
avec sa petite vierge à l'enfant.
C'est aujourd'hui la mairie du Mont Saint Michel.
 
 
Selon la légende, en 708, l'archange Saint Michel apparaît lors de trois songes à Aubert, évêque d'Avranches et il ordonne la construction d'un oratoire sur le Mont Tombe. Très vite, le Mont, qui prend le nom de l'archange, devient un lieu de pèlerinage important.





L'église préromane est fondée avant l' an mil.

Au XIème siècle, l'église abbatiale romane est bâtie sur un ensemble de cryptes, au niveau de la pointe du rocher et les premiers bâtiments conventuels sont construits. Ils seront agrandis au XIIème siècle.

Au XIIIème siècle, grâce à une donation de Philippe-Auguste, deux bâtiments de trois étages couronnés par le cloître et le réfectoire sont construits. Ils sont de style gothique.


Au XIVème siècle, avec la guerre de cent ans, un ensemble de constructions militaires devient nécessaire pour protéger le Mont. Malgré un siège de 30 ans, il resta toujours français, alors que le rocher de Tombelaine, véritable frère jumeau du Mont Saint Michel situé à trois kilomètres, est occupé par les Anglais.

Au XVème siècle, le chœur roman de l'église abbatiale est remplacé par un chœur gothique flamboyant. L'abbaye est devenue alors un magnifique ensemble architectural.

Jusqu'au XVIIIème siècle, la construction des logis abbatiaux se poursuit.

De la Révolution au second empire, l'abbaye devient une prison, sorte d'Alcatraz de la Manche.

En 1874, elle est confiée au service des Monuments Historiques.


Cimetière de l'église paroissiale Saint Pierre.



Les déambulations dans les venelles sont particulièrement pittoresques...



...mais je crois avoir encore préféré la vue somptueuse sur la Baie depuis les remparts. C'est magnifique ! Ici, l'amplitude des marées est la plus grande d'Europe.







Si je reviens près du Mont Saint Michel, je pense que j'irai me promener dans la Baie avec un guide. Je regrette un peu de n'avoir pas eu le temps ni l'occasion de le faire, car je suis certaine que ça me plairait énormément.


Dans un des petits parcs du Mont Saint Michel...
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire