jeudi 22 août 2013

Normandy American Cemetery



 
Situé près de Colleville-sur-Mer, sur la falaise dominant Omaha Beach, le Cimetière Américain de Normandie fait partie des 14 lieux de sépulture militaires américains permanents de la deuxième guerre mondiale hors du territoire des États-Unis. Néanmoins, en y pénétrant, on est déjà un peu aux U.S.A, puisque le terrain a été concédé à perpétuité par la France.
Le cimetière a été inauguré le 18 juillet 1956.
 
 
 
 
 
 
 
Sur une surface de 70 hectares se dressent 9387 pierres tombales en marbre blanc de Lasa.
On dénombre 9238 croix latines et 149 étoiles de David.
1557 hommes ont disparu au combat.
 
 
 

 
 
 
Le sentiment que l'on éprouve à déambuler dans le Cimetière Américain est difficile à décrire. Tout y est très net, très lumineux. De toute ma vie je crois n'avoir jamais vu une aussi belle pelouse ! Mais la mort y est partout, alignée à perte de vue. Tant et tant de tombes.
Le petit garçon de huit ans qui m'accompagnait avait beau savoir dans les grandes lignes de quoi il retournait, il n'arrivait pas totalement à concevoir qu'il ait pu y avoir autant de tués. "Mais certains n'ont été que blessés, n'est-ce pas ?" a-t-il demandé.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
Le mémorial est constitué d'un monumental péristyle de style néogrec et d'une statue de 7 mètres de haut, L'Esprit de la jeunesse américaine s'élevant des flots, qui est tournée vers l'Ouest, en direction des tombes.
 
 
 
 
Dans la chapelle située au milieu des tombes, la mosaïque du plafond représente entre autres la France reconnaissante déposant une couronne de laurier au front des morts.
 
 
 
 
 
Le Visitor Center, situé à l'entrée, est un musée particulièrement intéressant, faisant la part belle aux objets du quotidien des soldats, ce qui permet de mieux se représenter ce que pouvaient être leurs conditions de vie.
 
 
Caisses de ravitaillement
en pièces d'artillerie.
 
 
"Le gros de l'approvisionnement militaire était emballé dans des containers standard faciles à transporter, empiler et manipuler. Les caisses de munitions comme celle-ci arrivaient par camion entier jusqu'aux lieux de débarquement."
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Parachute américain, "cricket" métallique
et bottes de parachutistes américaines.
"Les parachutistes américains utilisaient surtout le parachute T5. Une fois largués sur le sol normand, beaucoup d'entre eux se servaient d'un petit "cricket" métallique qui émettait un signal leur permettant de reconnaître leurs alliés dans l'obscurité.
Les parachutistes américains portaient des bottes conçues pour bien maintenir le pied et le protéger du choc à l'atterrissage."
 
 
 
 
Arme de la Résistance française.
 
"La Résistance française a utilisé diverses armes, qu'elle se procurait et cachait en déployant des trésors d'ingéniosité. Il s'agissait souvent d'armes de fabrication allemande, comme le pistolet exposé ici, en général volées ou saisies pendant les opérations."
 
 
 
 
 
 
 
Guide de conversation.
 
 "Les soldats alliés recevaient des guides de conversations tels que celui-ci pour les aider à communiquer avec les civils français."
Quelques exemples, assez savoureux:
bread / dew PANG (du pain)
egges / day-s_UH (des œufs)
glass of beer / ung VAYR duh B_YARY (un verre de bière)
C'était pas gagné... 
 
 
 
Mallette de premiers secours des infirmiers.
 
 
 
"Les infirmiers qui débarquaient avec les troupes apportaient les tous premiers soins aux soldats blessés. Ils portaient leur matériel d'urgence dans ces petites mallettes (ou kits.)"
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Elizabeth Richardson
American Red Cross
Plot A Rangée 21 Tombe 5

"En 1944, l'athlète et artiste Elizabeth Richardson s'enrôle comme volontaire dans la Croix Rouge américaine pour apporter son soutien aux troupes américaines pendant une année. Elle meurt le 25 juillet 1945, quelques mois après la capitulation allemande, quand son avion, pris dans le brouillard, s'écrase près de Rouen alors qu'il rejoignait le siège parisien de la Croix Rouge. Elle est l'une des quatre civils inhumés au cimetière américain de Normandie."
 
 
 
2nd LT Preston Niland
US Army 4th Infantry Division
Plot F Rangée 15 Tombe 12

SGT Robert Niland
US Army 82nd Airborne Division
Plot F Rangée 15 Tombe 11.
 
"En quelques jours, Madame Niland reçoit trois télégrammes terribles. Robert est mort en Normandie le Jour-J. Son frère Preston est tué le 7 juin près d'Utah Beach. Un troisième frère, Eddie, est porté disparu dans le Pacifique. Rescapé d'un camp de prisonniers de guerre, ce dernier rentre chez lui. L'armée rapatrie Fritz, le quatrième frère, aux États-Unis. L'histoire de la famille Niland a inspiré le célèbre film Il faut sauver le soldat Ryan."
 
 
"Plus de 25 000 Américains sont morts dans la bataille de Normandie. Beaucoup d'autres sont rentrés chez eux gravement blessés ou mutilés à vie. Un plus grand nombre encore a souffert de traumatismes psychologiques et émotionnels liés aux horreurs de la guerre."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire