samedi 8 février 2014

La ronde de nuit



Rembrandt
La ronde de nuit, 1642
Toile, 363 cm x 437 cm
Amsterdam, Rijksmuseum.


En 1640, dans Amsterdam la Calviniste, l'hôtel de ville a supplanté la cathédrale et il n'y a pas valeur plus importante que celle du citoyen-soldat, symbole de l'indépendance et de la liberté de la ville.

La ronde de nuit a été commandée à Rembrandt par une milice bourgeoise de schutters (chasseurs), la compagnie du capitaine Frans Banning Cocq et de son lieutenant, Willem Van Ruytenburgh. Dix-huit hommes, membres de cette compagnie, auraient donc rétribué le peintre pour qu'il réalise ce portrait collectif, auquel l'artiste va donner une dimension bien plus large.

Laissons l'universitaire en histoire et histoire de l'art, Simon Schama, nous expliquer la portée de cette Ronde de nuit.
"Une des raisons de la force du tableau, c'est l'éventail d'humanité qu'il offre, microcosme non des seules milices, mais de la grouillante cité."
Mais avant tout, l'idée majeure de l'oeuvre est celle de la propulsion:
"[...] l'irrésistible élan en avant de la compagnie de Frans Banning Cocq, réunion de figures éparses et variées s'ébranlant comme un organisme unique en émergeant des obscures profondeurs d'une grande arche, pour se diriger, au-delà du point de vue du spectateur, un peu sur sa gauche."
On comprend ainsi pourquoi dans sa pièce Rose is a rose is a rose is a rose, la dramaturge Ivana Sajko a fait du tableau un symbole de révolte naissante, l'illustration d'un mouvement de foule contenu prêt à surgir à la moindre étincelle.
Et elle n'est pas la seule à avoir été inspirée par La ronde de nuit:


Gerald Parel, avril 2012.


Dissimulé dans son œuvre, comme aux aguets, observateur attentif des hommes et de l'Histoire, que pense Rembrandt de tout ceci ? La tradition reconnaît en effet derrière Jan Visscher Cornelissen, qui brandit le drapeau de la compagnie, l’œil et le profil du peintre.


Simon Schama
Les yeux de Rembrandt, 1999
(Ed. du Seuil, 2003, pour la traduction française.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire